Créativité et Transformation

17 septembre 2020

Plaidoyer pour la créativité en temps de crise

Nous le voyons avec plus d’acuité depuis cette rentrée, le stress généré par la crise sanitaire et la crise économique conséquente conduit les acteurs économiques et politiques à revenir à d’anciennes recettes : ouvrir les vannes du financement sans contrepartie, licencier pour se libérer de charges et améliorer momentanément sa trésorerie, autoriser à nouveau l’usage de produits connus pour leur nocivité, … Vous pourriez continuer la liste de votre côté. L’action s’impose au regard de l’ampleur de la crise. Il n’est toutefois pas interdit de s’interroger et d’alerter sur les motivations et les modalités de la prise de décision.

Prêt à penser, prêt à agir

Sous stress, individuellement et collectivement, nous reproduisons toutes sortes de solutions inappropriées, mais prêtes à penser qui nous rassurent. Pourtant, nous savons qu’elles ne sont parfois que des « tentatives de solutions » au sens systémique du terme. Elles n’apportent pas de réponses à la complexité de la situation à traiter. Elles entretiennent à terme le problème : peu d’effort pour une économie plus protectrice de l’environnement, augmentation massive du chômage et paupérisation, dégradation de la santé collective, …

Au-delà de l’enjeu de tout système à se maintenir, refaire du même est rassurant en temps de crise, parce que cela permet de mettre en œuvre des recettes rapides, de tenter de montrer des résultats immédiats, sous une très forte pression médiatique. Pourtant, la forme d’agitation dans laquelle ces mesures sont décidées et mises en œuvre semble contreproductive. Introduire plus de créativité dans les décisions économiques et politiques est une autre réponse possible. Une manière de capitaliser sur ce que nous avons si durement vécu.

Faire émerger de nouvelles options

Certains considèrent que cela ne va pourtant pas assez vite. Nous connaissons des lourdeurs administratives dans la mise en œuvre. La loi n’est pas assez souple, … Ce temps consacré à morigéner serait plus utile à repenser progressivement le système plutôt qu’à tenter d’en obtenir le maximum « quoi qu’il en coûte ».

Pendant le confinement le philosophe E. Morin[1] nous rappelait que « si les crises sont l’occasion de grandes régressions … elles favorisent aussi l’imagination créatrice ».

Dans le processus de créativité étudié par de nombreux chercheurs aujourd’hui, je retiens deux éléments qui me paraissent fondamentaux et parfois absents dans la gestion actuelle de la crise : le partage de la connaissance et le temps d’incubation.

Partager la connaissance présuppose de ne pas faire du savoir une valeur marchande ou un instrument du pouvoir d’un groupe ou d’un individu. Cela suppose humilité, ouverture et aptitude à la controverse. Humilité d’accepter que les « sachants » ne savent pas tout et que l’expérience des individus participent aussi d’une forme de connaissance. Ouverture à d’autres systèmes de pensée, d’autres disciplines, d’autres cultures qui parfois confrontent nos croyances solidement ancrées. Enfin controverse nécessaire pour s’accorder sur ce que l’on sait et ce que l’on accepte de ne pas savoir.

Créativité et productivité

Dans mon métier, accompagner la réflexion stratégique et la transformation des organisations, le partage du savoir à toutes les échelles de l’organisation est un enjeu majeur de constitution d’une stratégie saine et durable. Se donner le temps de l’incubation pour pouvoir digérer individuellement et collectivement cette connaissance est un passage crucial du processus de créativité. Il permet à notre inconscient de nourrir notre imaginaire et nous offrir la richesse de l’intuition à partager. Alors nous sommes armés pour élaborer et choisir de nouvelles options.

Cette phase fait souvent question dans l’accompagnement des organisations. Il faudrait changer … et vite !

Mais nous ne sommes pas des machines à penser et produire. Nous sommes des êtres de chair, d’émotions, de rêves, de convictions. Tout cela peut être convoqué au service d’une autre approche de la crise, sans exclure et méconnaître les KPI, les tableaux de bord et les reporting. Cela leur donne au contraire du sens, car ils procèdent alors plus d’une vision collective que d’un exercice de style comptable incantatoire et compassé.

Penser et agir ici et maintenant

Retrouver la capacité de créativité des collectifs, dans la peur et l’incertitude ambiantes est « le » challenge d’aujourd’hui pour toutes les organisations humaines. En effet, la survie n’est pas un état de nature supportable pour l’Humanité à long terme.

Cela pose la responsabilité de tous les individus dépositaires d’une forme d’autorité sur un collectif à quelque niveau que ce soit, la nation, l’entreprise, l’association, la famille, … Responsabilité de créer les conditions de mise en œuvre d’un processus complet et inclusif de créativité, dans la recherche de solutions communes, en lien avec le réel vécu « ici et maintenant », face aux problèmes concrets, émergents ou renforcés par la crise.

 

[1] https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-d-elodie/le-monde-d-elodie-edgar-morin-tout-ce-qui-semblait-separe-est-lie-et-nous-avons-une-communaute-de-destin_3924461.html